Le “Privilège de l’Empereur” découvert dans les archives de l’île d’Elbe par lequel Napoléon en 1809 a permis aux vins de l’île de ne pas payer de droits de péage s’il est accompagné d’un certificat d’origine. Une sorte de DOC ante-litteram.

Les habitants de l’île d’Elbe sont forts et en bonne santé parce que le vin de l’île leur donne force et santé. Napoléon a souvent dit cela à son retour en France. Et qui pourrait le blâmer ? C’est peut-être dû au soleil, à la brise marine, aux parfums du maquis. Les vins de l’île sont vraiment uniques et de la plus haute qualité. C’est Napoléon lui-même qui a institué le premier DOC Elban, comme l’a illustré la récente conférence intitulée “L’île d’Elbe, un avant-poste de la civilisation rurale en Méditerranée” qui s’est tenue à Portoferraio.

La conférence : études viticoles et l’AOC Elban établie par Napoléon

A l’occasion de la journée que la Région Toscane a promu pour la divulgation de l’Agro Biodiversité, l’île d’Elbe a décidé de consacrer une conférence pour présenter une série d’études intéressantes sur la relation entre l’île et le vin.

La conférence a été l’occasion de rappeler comment c’est Napoléon qui a institué la première DOC de l’île d’Elbe. Gloria Peria, directrice scientifique des archives historiques de l’île d’Elbe, a expliqué comment le ” Privilège de l’Empereur “, un document récemment découvert dans les archives de l’île, peut être considéré comme une sorte de DOC ante-litteram. En 1809, a déclaré Peria au cours de la conférence, les fonctionnaires elbanais ont présenté une pétition à la grande-duchesse de Toscane, Elisa Bonaparte, à l’époque propriétaire de l’île d’Elbe et sœur de Napoléon, afin que l’empereur prenne des mesures pour sauvegarder l’économie de l’île. Napoléon réagit immédiatement en supprimant les taxes de péage sur les vins d’Elbe, les mettant au même niveau que les vins français et leur permettant d’accéder librement aux côtes italiennes, qui deviennent alors françaises, s’ils sont munis d’un certificat d’origine.

La conférence a ensuite présenté quelques études sur la vinification menées par l’archéologue Franco Cambi et le vigneron d’Elban Antonio Arrighi, qui rappellent des méthodes anciennes telles que l’utilisation d’amphores comme vase à vin et la macération des raisins dans l’eau de mer, à la manière des vins de Chios, comme le rappellent Pline et les anciens géorgistes latins.

Au cours de la conférence, plusieurs professeurs d’université ont également abordé divers aspects de l’agrobiodiversité de l’île d’Elbe. Paolo Storchi, du CREA d’Arezzo, institut de recherche sur la viticulture, a parlé de l’histoire et des caractéristiques des vignes de l’île d’Elbe ; Elvia Gregorace, journaliste spécialisée dans l’œnologie et la gastronomie, a illustré des recherches sur le terrain concernant les Palmenti, les lieux où le raisin était pressé, qui offrent une carte de localisation des anciens sites de culture et de transformation de la vigne.

Le panel d’intervenants de la conférence a été complété par Concetta Vazzana, professeur d’écologie agricole à l’université de Florence ; Agostino Stefani, de l’école d’études supérieures Sant’Anna de Pise ; Attilio Scienza, professeur de viticulture à l’université de Milan.

Les vins d’Elbe : rouges et blancs

Il n’y a pas de meilleure façon de découvrir les vins de l’île d’Elbe que de visiter les vignobles et les fermes disséminés dans la région, il est conseillé de réserver.

Des vignes situées dans des positions suggestives, souvent interpénétrées avec les zones protégées du parc national de l’archipel toscan, dont beaucoup donnent sur la mer, on obtient une gamme assez large de vins.

Parmi les blancs, tous classés DOC, on trouve le Bianco, parfait avec le poisson ; l’Ansonica sec, qui se marie très bien avec les crustacés et les desserts ; et le Moscato, probablement le vin doux le plus populaire de la région, à essayer après le dîner avec le dessert.

Les rouges, en revanche, exaltent au maximum le goût de la viande, comme le Rosso Riserva DOC, absolument excellent avec le gibier. Le Rosso DOC, idéal avec les entrées, les viandes grillées au barbecue, mais aussi avec les soupes de poisson. Et puis on a le Rosato DOC, plus délicat, excellent avec les hors-d’œuvre de fruits de mer ou les légumes. Le roi incontesté, cependant, est l’Aleatico Passito DOCG, à essayer avec la schiaccia briaca, un bonbon typique de l’Elban à base de raisins secs et de pignons, superbe avec du chocolat.

Elba Aleatico passito, le vin de Napoléon qui fait perdre la tête

Couleur rouge foncé, avec des reflets grenat. Un grand vin de méditation produit par plus de quinze exploitations agricoles, réparties sur tout le territoire de l’île d’Elbe. Les jeunes vins d’Aleatico sont les plus frais et les plus aromatiques, les vins vieillis en bouteille ont une image aromatique complexe. Nombreux sont les dictons qui renforcent la renommée de ce vin réputé, si apprécié qu’il bénéficie du statut DOCG depuis 2011. Sur les tables des restaurants, on le retrouve accompagnant les desserts de pâtisserie sèche ou le chocolat noir à 50%.

L’Aleatico est produit selon un processus strictement naturel, transmis de génération en génération. Il est produit uniquement par le séchage des raisins Aleatico. 100 kg de raisins donnent un maximum de 22 litres de vin. À l’époque des anciens Étrusques, on construisait des cuves de collecte où l’on pressait les raisins récoltés. Le relais a ensuite été passé aux Romains, qui ont veillé à ce que ce vin fin soit apporté dans leur ville natale, à la table des souverains.

Et ainsi la production a continué jusqu’à ce que Napoléon débarque sur l’île. Lorsqu’un soldat ordonna à un fermier de faire goûter l’Aleatico au grand empereur, le fermier se garda bien de lui donner les meilleures bouteilles, bien cachées dans la cave. Mais Napoléon n’aurait pas été aussi grand s’il s’était laissé décourager aussi facilement. Lorsqu’il quitte l’île, le nombre de vignes sur l’Elbe atteint 32 millions.

Les raisins les plus beaux et les plus mûrs sont sélectionnés et placés dans des serres ventilées, disposés en une seule couche, pour être doucement retournés de temps en temps afin de favoriser le séchage. A ce stade, le vin est foulé et égrappé. La fermentation s’installe spontanément pendant l’hiver, lorsque le vin atteint 12°-13°.

Il existe encore de nombreux endroits sur l’île d’Elbe où la tradition et la culture sont encore transmises et où il est possible de faire des dégustations.