Le vin naturel est un phénomène mondial, impossible à ignorer (ou à définir). Sa dynamique est indéniable. On assiste de plus en plus à des évènements le concernant. Mais qu’entend-on exactement par « vin nature » ? En l’absence de consensus et de réglementation officielle, les définitions sont souvent difficiles à trouver. Voici quelques éclaircissements sur cette appellation.

Que faut-il comprendre par un vin naturel ?

Il n’est pas toujours facile de définir le vin naturel. Officiellement, cette classification n’existe pas. Mais d’une manière générale, c’est un vin auquel les vignerons n’ont pas ajouté de sulfites ou de minime dose. Il s’agit d’un procédé qui ne demande qu’un minimum d’intervention humaine. Cette absence contribue au succès de ce type de produit. Certains experts affirment même que c’est un vin bio que bio. Pour le commun des mortels, il s’agit là d’une boisson que l’on peut ingérer sans se soucier des éléments chimiques néfastes pour la santé. En effet, les vins naturels ne s’autorisent aucun additif. Ils sont connus pour leur grand audace, plus de terroir, plus de « levure » et un air embrumé. Ils sont souvent beaucoup moins fruités qu’un vin classique
D’une manière générale, les raisins sont cultivés par de petits producteurs indépendants. Ils sont récoltés manuellement dans des vignobles durables, biologiques ou biodynamiques. Les machines sont polluantes et les risques de contamination de résidus nocifs sont élevés. De plus, les engins ne font pas le tri entre les fruits mûrs et ceux qui ne le sont pas. Cela peut entraîner une oxydation accélérée et donc exiger le recours au soufre avant le démarrage de la vinification. Le millésime peut ensuite être vinifié en cave sans ajout de levure (levures de cépage traditionnelles). Aucun additif n’entre dans le processus de la fermentation.

Le vin nature est en conséquence un vin sans intrants œnologiques et sans manipulation. Les vignerons laissent la nature agir comme bon lui semble. Comme il n’existe pas définition officielle ou réglementée du vin naturel, lorsqu’on vous propose un vin naturel, il ne faut pas hésiter à solliciter des éclaircissements.

Caractéristiques d’un vin nature

Alors que la plupart des vins conventionnels sont réalisés avec des souches de levures commerciales, le vin bio nature subit une « fermentation spontanée », tout comme le kombucha, le kimchi et le pain au levain. Il possède les mêmes effets probiotiques.
Une bouteille de vin naturel contient une multitude de levures indigènes et de bactéries saines pour l’intestin ainsi que des polyphénols — un groupe d’antioxydants dont il est prouvé qu’ils améliorent la flore intestinale — pour une santé et une longévité globales.
Fondamentalement, le raisin produit des polyphénols qui font partie du système immunitaire du fruit pour le protéger contre les champignons, les gelées, etc. Ces antioxydants agissent de la même manière dans notre corps lorsque nous les consommons.
La vigne n’est pas protégée par du soufre. On ne retrouve pas également dans l’élaboration du « sucrage » ou de « l’enzymage » pour enrichir le mou, augmenter le niveau d’alcool ou arrondir la saveur.

Lorsque les fruits sont soignés avec des pesticides chimiques, ils sont « préservés » des ravageurs et des conditions de culture difficiles. Ils n’ont pas besoin de fabriquer des polyphénols pour se protéger, ce qui signifie qu’un vin conventionnel contient beaucoup moins de ces antioxydants.

Le vin naturel combine habituellement la méthode utilisée dans la production de vins biologiques et de vins biologiques dynamiques.

Comment sont produits les vins natures ?

La vigne subit un traitement exclusivement composé de préparations d’origine végétale et minérale pour lui permettre de se défendre et de maintenir le sol en vie. Les ingrédients naturels tels que les fougères ou la prêle sont d’excellents répulsifs et traitements contre les maladies des plantes. Ils sont utilisés sous forme de purin. Ces engrais liquéfiés se combinent bien et peuvent être bien amalgamés pour traiter plusieurs problèmes de santé des fruits. Ils sont mis dans des pulvérisateurs et on asperge la substance sur les vignes. Le mélange contient du soufre et du cuivre mais à très faible dose si l’on se réfère au cahier des charges de l’agriculture biologique. Les rangées de champs sont couvertes d’herbes et de plantes diverses. Les viticulteurs excluent les herbicides de leur approche. Certains insectes attirés par la flore ont une influence importante sur la qualité finale du produit. Les spécialistes ont également interdit le travail en profondeur du sol. Il n’y a qu’une disposition superficielle sous le cèpe.

Dans le vin naturel, la maturité des raisins constitue un facteur essentiel. Les vignes de vin rouge ne doivent pas être roses, elles doivent prendre une belle couleur noire. Le choix de la vendange manuelle offre un plus grand soin à la culture. Le cheval est utilisé pour écarter le bruit et l’agression des plantes causées par les véhicules agricoles. Ils sont plus maniables et fournissent un déplacement plus aisé.

La cueillette réalisée à la main permet de respecter l’environnement et de favoriser la concentration en sucre d’une manière naturelle du raisin.

En cave, les fruits sont à nouveau triés pour éviter les mauvaises surprises. Les feuilles, les grappes non mûres et les raisins pourris sont enlevés. Il s’agit d’une étape cruciale pour offrir aux consommateurs des produits finis de bonne qualité.

La vinification se fera avec peu ou pas de sulfites. Il est important de rappeler que les produits chimiques détruisent les levures naturelles. Le processus est très court et nécessite beaucoup d’attention par rapport aux opérations nécessaires à la transformation du vin traditionnel. Mais de cette façon, une forte identité locale peut être développée, car le vigneron essaye de tout son cœur de conserver le caractère vivant du vin et de sa région.

Comment bien savourer le vin « sans sulfate ajouté » ?

Les vins naturels étant plus délicats que les vins habituels, voici une petite liste des règles élémentaires de manipulation :

– Procurez-vous vos vins naturels auprès de vendeurs régionaux afin de limiter les probabilités de dégradation lors de leur acheminement.
– Consommez dans l’année qui suit l’emplette (à moins qu’ils ne contiennent des conservateurs naturels).
– Entreposez au froid, à la cave ou au réfrigérateur à vin.
– Maintenez vos bouteilles en-dessous de 26,7 ºC.
– Évitez d’exposer les vins à toute source de lumière .
– Placez les vins ouverts de manière étanche à l’aide d’un bouchon de liège (ou vacuvin) dans un endroit frais.

Où peut-on trouver un bon vin naturel

On peut trouver un vin nature aux supermarchés, chez le caviste, sur Internet ou en épicerie. Mais dans tous les cas, il est important de bien s’informer avant d’acheter sa boisson alcoolisée obtenue par la fermentation du raisin. Il n’y a pas de mal à poser des questions sur ce que l’on va ingérer. En outre, savoir son histoire permet de le savourer encore plus.
Et qui connaît mieux la péripétie d’un vin qu’un caviste. Un professionnel compétent proposera à sa clientèle une décision avisée et personnalisée. Grâce à sa vision du vin, il vous transmettra la passion du bon vin nature.

Vous pouvez également vous rendre directement chez une association de vins naturels pour vous renseigner sur la méthode d’élaboration et choisir le produit qui vous convient avec les conseils des membres.

Et si vous avez la possibilité de visiter les producteurs vin nature vous aurez un boisson à un prix raisonnable car il n’existe pas d’intermédiaire.