Une véritable allergie au vin est relativement rare, mais elle peut déclencher des symptômes graves. Certains patients souffrent même d’un choc allergique (anaphylaxie). En 2005, le Dr Susanne Schäd et ses collègues de la clinique dermatologique universitaire de Würzburg ont fait état du cas d’une femme de 27 ans qui, une heure après avoir bu du vin rouge, du vin mousseux, du raisin ou des raisins secs, a présenté des démangeaisons des paumes, un gonflement des yeux, des lèvres et de la langue, un essoufflement, des difficultés à avaler et des problèmes circulatoires. La cause était une réaction allergique aux protéines de transfert de lipides (LTP) présentes dans les raisins.

Le LTP comme déclencheur de la réaction allergique

Les LTP allergènes se trouvent, par exemple, dans certains fruits et légumes tels que les pêches, les cerises, le maïs, les asperges et la laitue. Les protéines de transfert des lipides sont des déclencheurs fréquents d’allergies dans la région méditerranéenne.

En Espagne, par exemple, on rapporte le cas d’une jeune femme qui s’est évanouie plusieurs fois après avoir bu du champagne. Cependant, elle n’a subi un choc allergique que lorsqu’elle a consommé du raisin en plus du vin mousseux. Jusqu’à présent, on ne sait que peu de choses sur le fait que le LTP puisse également déclencher une anaphylaxie dans notre pays.

Qu’est-ce qu’un choc anaphylactique ?

Les chocs anaphylactiques mettent la vie en danger. Les déclencheurs les plus courants sont les venins d’insectes, les aliments tels que les cacahuètes ou le céleri, et les médicaments. Il est essentiel d’identifier le déclencheur par des tests d’allergie. Les personnes à risque doivent toujours avoir sur elles des médicaments d’urgence.

“Une allergie au venin d’insecte peut être très bien traitée par une immunothérapie spécifique. Presque tous les patients sont protégés des chocs allergiques causés par le venin d’insecte après cette thérapie causale”, explique le professeur Bernhard Przybilla, de la Société allemande d’allergologie et d’immunologie clinique (DGAKI), basé à Munich.

Pas du tout rare : symptômes d’allergie après la consommation d’alcool

Cependant, un certain nombre de personnes souffrent de symptômes d’allergie au niveau des voies respiratoires ou de la peau après avoir bu diverses boissons alcoolisées. Une étude danoise publiée en 2008 est arrivée à la conclusion que 13 % des adultes avaient déjà ressenti de tels symptômes après avoir consommé de l’alcool au cours de leur vie. Les symptômes sont apparus plus fréquemment après la consommation de vin rouge, plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Les pathomécanismes de ces réactions sont encore peu clairs et probablement multiples. Les réactions anaphylactiques à l’éthanol lui-même sont très rares.

Des études épidémiologiques ont révélé que les personnes qui boivent plus souvent de l’alcool souffrent davantage de rhinite allergique et d’asthme. Dans une étude antérieure portant sur 3 317 patients, les scientifiques danois ont constaté que ceux qui buvaient des boissons alcoolisées plusieurs fois par semaine étaient plus souvent sensibilisés aux allergènes aéroportés (aéroallergènes).

Allergie au venin d’insecte à cause du vin ?

Au cours de l’été 2007, des médecins espagnols ont signalé cinq patients qui présentaient des symptômes d’allergie après avoir bu du jus de raisin ou du vin jeune. Un patient a même subi un choc anaphylactique. Un test cutané destiné à détecter une allergie s’est révélé positif avec le vin suspecté, mais pas avec d’autres échantillons de vin plus anciens. En revanche, les tests au venin d’insecte se sont révélés positifs, bien qu’aucun des patients n’ait déclaré avoir déjà été piqué par une abeille ou une guêpe.

La solution au mystère : le venin d’insecte est détectable dans le jus de raisin et le vin jeune. Lorsque les raisins sont pressés, il est probable que des insectes pénètrent également dans le produit. Les scientifiques espagnols estiment que même ces petites quantités de poison sont suffisantes pour provoquer une sensibilisation et des symptômes d’allergie chez les personnes sensibles par voie orale. Il est possible que les toxines se décomposent pendant la maturation des vins, de sorte que les vins plus anciens sont sans danger.

“Une observation intéressante, cependant, cette voie de développement de l’allergie et de déclenchement de l’anaphylaxie reste hypothétique pour le moment”, commente le professeur Przybilla. “Ainsi, le déclenchement effectif des symptômes par le venin d’insecte aurait pu être confirmé par un test de provocation orale au venin d’insecte. Cependant, un tel test n’a manifestement pas été effectué.”