Espèce de détournement de Beaujolais Nouveau, la cuvée ”fucks@rkozy.com” a déjà pas mal fait parler d’elle. Domaine inconnu (L’Astrolabe), vigneron idem (Pierre Pitiot), mais étiquette banzaï et, surtout, message accrocheur : fucks@rkozy. Fuck qui ? On se souvient du ”Vin de Merde”, ce vin du Languedoc qui avait cartonné, notamment dans les médias ; son auteur ironisant sur les aprioris négatifs pouvant exister autour des vins de la région… Mais, au-delà des messages potaches ou plus militants, la question qui compte sûrement, c’est : est-ce que le vin est bon ?

Avatar du Beaujolais Nouveau

 

Fucks@rkozy.com est un avatar du Beaujolais Nouveau qu’on débouche joyeusement aujourd’hui. Comme le nouveau, c’est un ”primeur”’ du Beaujolais, du jus de gamay à peine rasé, millésimé 2011 et déjà en bouteilles, déjà du vin.

 

L’étiquette est de Luz, l’auteur de la ”Une” du numéro spécial de Charlie Hebdo, Charia Hebdo (avec les conséquences qu’on sait). Le nom de cuvée potache et provoc a été suggéré par Richard Bellia, bon compère du vigneron, photographe mi-fou mi-raisin, plutôt très doué.

 

Luz, Sarkozy… Autant de thèmes accrocheurs qui ont déjà valu à ce vin, ”fucks” pour les intimes, quelques bons coups de projecteur (20 Minutes, France 3 Rhône-Alpes, Rue 89 Lyon, Métro….). Mais ça ne suffit pas à faire un bon vin.

 

 

Un bon fucks ?

 

Le vin est ”nature”, bio à la vigne (en conversion, pour la mention officielle) et sans rien à la cuve, pas un poil de produit. Protégé par du gaz, naturellement présent, il ”perle” un peu à l’ouverture, picote légèrement. Mais ça passe, vite, et on peut même vouloir secouer la bouteille pour dégazer presto.

 

Et le vin dedans ? Il rend quoi, finalement ? Du fruit rouge, noir, hilare. Une matière souple, coulissante, où rien n’accroche, sinon ce joli foulard de fruit à peine fumé. Un dernier peps pulpeux allume la bouche et, voilà, le tour est joué. C’est réjouissant, évident, gourmand. Oui, c’est bon !

 

Hélas, sur les 2000 et quelques bouteilles produites, beaucoup ont été pré-vendues, il n’en reste déjà quasiment plus… Sauf à Paris, entre autres jolis vins, au cours d’un certain Grunge Tasting, le lundi 12 décembre prochain !

 

 

Antonin Iommi-Amunategui

©Vindicateur, 11/2011