Vin, échangisme et Matrix

Château Marketing-Rothschild
septembre 19, 2017
Blogs et égos de gringos
septembre 19, 2017

Tentative de rapprochement plus que hasardeux ? Pourtant, le vin est une forme d’échangisme sublimé. On se fréquente et puis on s’apprécie, on commence à partager de bonnes bouteilles. Des bouteilles intimes. On trousse les mêmes jus. Ouvrir l’une de ses plus jolies bouteilles avec quelqu’un, est-ce que ça n’a pas la même signification que de partager… son conjoint ? Probablement pas, mais c’est un grand écart amusant. Et Matrix là-dedans ? Une histoire de pilules.

Métaphore du fuck

 

Deux-trois idées a priori étrangères ont souvent des passerelles cachées, inattendues. Ainsi, la grande sensualité du vin, son caractère parfois ineffable : en effet il est souvent difficile de mettre des mots sur ce mélange de sensations, d’émotions… Un peu comme essayer de décrire un coït ?

 

Et le fait de sortir une bouteille de l’intimité de sa petite cave ou de son placard, une belle bouteille pour la servir à un(e) ami(e), la partager, la déguster ensemble, jouir à la même source… Enfin, les comparaisons sont légion, et un moins sage sombrerait vite dans le grivois le plus gras. Mais soyons péremptoires puisque ce n’est pas sérieux : les amateurs de vin sont une vaste bande d’échangistes.

 

 

Le vin est dangereux…

 

Plus sérieusement. Et si le vin, envisagé autrement que comme simple produit de consommation à connotation vaguement socioculturelle, était dangereux ? Et si, perçu différemment, il devenait un instrument libertaire ? Un déclencheur de TAZ et d’idées subversives ?

 

Des études étranges fleurissent, qui ont conclu par exemple que les femmes buvant tranquillement du vin rouge avaient une sexualité plus épanouie que celles qui s’abstenaient d’en boire. Des désirs et des idées naissent du vin. Ainsi, encourager une consommation modérée deviendrait un levier de la libération sexuelle – mais peut-être et surtout un levier de la libération tout court ; la porte carrément ouverte à toutes les libertés ?

 

Si l’alcoolisation excessive est un danger patent pour la santé, la consommation modérée est peut-être un danger pour le pouvoir : à quoi ressemblerait ce pays si tout le monde y buvait modérément du vin ? Partouze nationale, grand bar philosophique ou utopie concrétisée ? Le vin est liberté… Imaginons d’ailleurs les arcanes politiques où se décident les lois :  »Surtout ne prônons pas le vin, même modérément, car le vin est vecteur d’idées – et les idées peuvent nuire au pouvoir. »

 

 

There is no spoon

 

Et si le vin était la pilule rouge ? Celle qui libère Neo dans Matrix. Une forme d’éveil par le vin, lié au plaisir qu’il provoque et à l’attention qu’il exige : le plaisir et l’attention, n’est-ce pas d’ailleurs une très bonne définition de la conscience… Alors, Néophyte, pilule bleue ou pilule rouge ?

 

 

Antonin Iommi-Amunategui

©Vindicateur, 01/2011