Dans le cadre de la dégustation de blogueurs dite des  »Vendredis du Vin », autour cette fois du thème des vieilles bouteilles, on a décapité un Saint-Julien 1957, rameuté une bande de trublions plus ou moins avertis, et conçu une vidéo à peine assumée (le pire est coupé). Château Léoville Poyferré 1957 : vous n’avez pas encore tout bu.

Une quille du 20ème siècle

 

Le président de cette session mensuelle des Vendredis du Vin, Philippe Rapiteau (La Pipette aux quatre vins), a commandé aux participants de dégotter un vin dont le millésime précédait 2000. Soit un paquet de possibilités, quand on sait que certains dégustateurs arrivent encore à trouver des flacons (tombés du bateau, comme on dirait tombés du camion) datant de… 1690 !

 

Pour ce qui nous concerne, on ne sera pas remonté si loin, et on se contentera d’un vieux Bordeaux quinquagénaire, millésime 1957. Un Saint-Julien, en l’occurrence, du Château Léoville Poyferré (2nd cru classé du Médoc). Pour les détails géologiques et techniques, on se référera au site officiel du château.

 

 

Le film qu’on aurait dû éviter !

 

Pour la dégustation, qui frise le n’importe quoi joyeux, on visionnera à ses risques et périls le petit film indiqué ci-après, heureusement monté, le pire étant coupé, et mettant notamment en scène Eva Robineau (Oenos) et Guillaume Nicolas-Brion (Du morgon dans les veines). Chacun saura apprécier comme ces deux blogueurs parviennent à garder un sérieux relatif au milieu des quelques dégénérés alentour.

 

Dégustation Château Léoville Poyferré 1957 (3:19′).

 

 

Antonin Iommi-Amunategui

©Vindicateur, 05/2011