Vous savez ce qu’est le vin, et vous êtes sûrement au courant de ses nombreux adeptes à travers la planète. Parmi eux, la majorité privilégie cette boisson merveilleuse pour son goût, ses effets relaxants et ses bienfaits pour la santé. Tandis que quelques-uns s’y opposent, car il s’agit, après tout, d’un breuvage alcoolisé et certaines personnes n’approuvent pas leur consommation. Il y a donc une contradiction entre les opinions de la culture courante sur le vin.

Mais cet article ne traite pas de ce débat, mais de l’existence du vin biologique, de ses avantages et sa popularité. Vous voulez en savoir un peu plus sur son succès ? Continuez à lire, vous ne serez pas déçu.

Qu’est-ce que le vin biologique ?

Le vin biologique se présente tout d’abord comme un bon vin, dont le cépage résulte de fruits biologiques. Il est en conséquence conservé de manière biologique. Le vin provient de la transformation des raisins, noirs ou blancs, et de quelques autres fruits comme les pommes. Le point commun de tous ces ingrédients réside dans leur taux de saccharose ou de fructose optimal pour une conversion en alcool durant une fermentation.

Un vin bio suit une démarche écologique. Il contient peu ou pas de pesticides chimiques. Les raisins sont entretenus et amenés à maturité avec des engrais spontanés. Ils sont protégés par des pesticides ou des fongicides non artificiels ou synthétiques. Ce vin est également traité sans l’utilisation d’agents chimiques et sans agents de conservation, colorants, aromatisants ou réactifs chimiques artificiels ou synthétiques dans sa préservation ou son stockage. Il suit le cahier de charges de l’agriculture bio.

La viticulture biologique, meilleure pour la santé

De nos jours, on assiste à une forte croissance de la demande du vin bio par les consommateurs. Bien que ce label a vu le jour en 2012, sa popularité est époustouflante. Les raisons sont multiples. On peut citer dans ce cas la conscience des acheteurs de l’impact des produits chimiques sur leur santé. Quand on a forcé un peu trop sur le vin, on a souvent le mal de tête. Cette gêne provient de la présence excessive d’actifs connus des vignerons, la sulfite. C’est une substance naturellement contenue dans le jus. Mais pour renforcer son rôle d’antiseptique, les vignerons ajoutent souvent une quantité définie afin de contrer la propagation des moisissures, de garder la couleur de la boisson et ralentir entre autres la vitesse d’oxydation. Les asthmatiques présentes quelquefois une sensibilité au dioxyde de soufre. La solution dans ce cas consiste à se tourner vers des vins bio. Ils présentent des doses acceptables pour éviter des crises.

Les experts ont averti de la présence d’un nombre assez élevé de pesticides dans le vin conventionnel. Ils sont néfastes pour la santé. Ils provoquent par exemple l’infertilité. Les impacts négatifs sont souvent imprévisibles et peu connus du grand public. Il n’y a pas que chez le consommateur que l’on peut trouver un danger, les professionnels de l’agriculture sont également sur la sellette. Ils sont plus propices au développement du cancer de la prostate et des leucémies. On ne comprend pas de nos jours tout le mécanisme de ces substances. Mais on est sûr d’une chose, ils peuvent être à la fois protecteurs et une menace pour notre santé.

La production de vins biologiques provient uniquement de raisins cultivés sur un sol spécialement préparé. La terre est fertilisée avec des composants naturels biodégradables et les raisins sont récoltés sans l’aide de machines. Il y a donc peu de risque de contamination par les produits chimiques. Un vignoble complètement propre d’un point de vue biochimique offre un produit final de meilleure qualité et sain.

Le vin bio et la nature

Le vin bio présente un atout pour la nature. Plus les conditions de culture du raisin sont naturelles, moins le sol souffre d’agression. Les biodynamistes sont des vignerons qui travaillent selon les règles de la biodynamie. Ils surveillent l’état du sol, en l’alimentant si nécessaire avec des humus organiques et des traitements homéopathiques. Les biodynamistes, ainsi que les organistes, prennent également en compte le lien entre la croissance des plantes et le changement des phases de la lune, le mouvement des planètes, etc., et effectuent des travaux sur le vignoble dans le strict respect des rythmes biologiques.

Un vignoble chimiquement propre ne subit pas d’exposition aux herbicides ou autres substances non naturelles. Les engrais ne peuvent être que d’origine naturelle (fumier, compost, etc.). L’impact de ce type d’agriculture se révèle non négligeable pour la réduction de la pollution de la vigne. Plus le vigneron se trouve affranchi des intrants œnologiques chimiques, plus la faune et la flore se porteront mieux. Les dispositifs déployés pour entretenir les plantations nourrissent le sol et ne contaminent pas les eaux. Les pesticides de synthèses et autres produits artificiels rendent dangereuses les nappes phréatiques. Le remplacement de ceux-ci par des engrais végétaux contribue à la récupération des valeurs nutritives et énergétiques de la vigne.

Le processus de production du vin découle directement de la viticulture. Souvent on considère, à juste titre, ce dernier comme faisant partie de l’écosystème. Les vignerons qui adoptent la culture bio et le vin biologique sont les gardiens de la biodiversité. Leur démarche permet de créer un habitat propice à la préservation de zones écologiques et au développement de la faune sauvage.
La population mondiale est consciente de l’enjeu de la protection de l’environnement pour la survie de l’espèce humaine. Si une occasion se présente pour améliorer les choses comme l’agriculture de vin bio, elle devient vite une pratique.

Un goût plus savoureux

Il ne faut pas oublier que les engrais organiques nourrissent le champ. Dans ces conditions, les raisins tirent leurs nutriments directement du sol, ce qui favorise la bonne qualité du rendement du moût. Les étapes de macération tuent les bactéries importunes de manière naturelle. L’objectif est d’éliminer les éléments indésirables sans pour autant utiliser des produits controversés. Le vin conserve alors l’ensemble des caractères de son terroir et affirme solidement son identité. Les nuances fruitées se ressentent facilement lors de la dégustation. D’après une étude sérieuse, les vins bio reçoivent de bonnes notes de saveur. Les vins rouges tout comme les vins blancs possèdent un meilleur goût. En plus de ces démarches naturelles, l’attention particulière que le producteur donne à ses récoltes constitue l’une des raisons probantes. En effet, les vins bio sont plus fragiles que leurs confrères traditionnels. Les grands vins de cette catégorie présentent généralement un taux d’alcool un peu plus bas que la normale. Cette tempérance, combinée à une acidité plus forte, assure un meilleur équilibre.

Ce qu’il faut retenir

À ses débuts, les vins biologiques ont été considérés comme un effet de mode. Mais les chercheurs, les journalistes et le commun des mortels ont vite compris que ces produits se présentent comme des solutions durables pour la préservation de l’environnement et de leur santé. Mais le succès ne se justifie pas seulement par ces intérêts. Il a été prouvé scientifiquement que le vin bio développe la saveur du terroir sur lequel a eu lieu le cépage. Certains professionnels vont encore plus loin en mettant au point le vin nature. Ce dernier ne permet aucun intrant œnologique ni addition de sulfite. Attention, il faut toujours se rappeler que l’abus de l’alcool est dangereux pour votre santé et celui d’autrui.