No wine is innocent

Les vins naturels sont-ils de gauche ?
septembre 19, 2017
Les Français boivent du mauvais vin
septembre 19, 2017

Question. Le vin et le rock, c’est soluble ? Définis rock. Musique qui réveille l’ado en soi, positivement. L’idéaliste, juste furieux ce qu’il faut, enragé mais sans bave aux lèvres. Rebelle, un peu orageux, un peu poseur. Séduisant fumiste avec ce  »sourire sanglant de l’innocence » à la bouche, pour détourner Kundera. Alors vin et rock, ça trinque ? (Vendredis du Vin, épisode 31,  »wine, blogs & rock »).

Un vin grungé ?

 

Château Renaissance 2008. Attention ! Ce vin, comme un bon morceau, ne se donne pas dès la première gorgée – la première écoute. D’abord, il semble agressif, trop brut ou brouillon, inabouti… On renifle le bouchon : serait-il est grungé ?

 

Puis on le réécoute, on le regoûte après quelques heures, et les choses se sont entretemps mises en place. Le vin s’ouvre et se livre – comme un bon morceau.

 

Et là c’est un boom de fruit, un solo de framboise distordue, une longueur croquante de voix chaude… On  »kiffe », on en aurait presque les boutons qui reviennent et les cheveux qui poussent. On a la tête qui se met à se balancer d’avant en arrière, suivant un rythme de batterie quasi-cardiaque. C’est du bon.

 

 

No one is innocent

 

Alors on enchaîne les morceaux de rock alternatif pour accompagner, en accord zique et vin majeur, ce Bordeaux peu typique, salement peu. D’abord  »Nous sommes la même couleur peau » (de raisin ?) du groupe No one is innocent.

 

Puis, pour relancer la machine, deux morceaux du groupe Filter :  »Take Another » (glass of wine ?) et  »Where do we go from here ». Et encore  »The Best Things » en live – chanté faux, impératif le chanté faux pour bien enfoncer le clouté. Et allez, encore un :  »Back to School » du groupe Deftones.

 

Tous les clips sont à voir immédiatement. Si vous n’aimez pas : vous n’êtes pas rock, désolé, retour à la case School of Rock où Jack Black va vous botter le cul…

 

A la fin, bien évidemment, on éclate la bouteille vide, et on sort sans saluer la foule en délire, en essayant de ne pas glisser sur les soutiens-gorges éparpillés sur la scène… Putain, c’était bon d’avoir 20 piges à nouveau. Réveille-toi, bonhomme, maintenant. C’est terminé !

 

On retrouvera le compte-rendu de cette pogo-dégustation virtuelle sur Oenos qui tient très fermement le médiator pour cette session des Vendredis du Vin !

 

 

Antonin Iommi-Amunategui

©Vindicateur, 11/2010