L’Hermitage brûle-t-il ?

L’accord mets-vin de l’espace
septembre 20, 2017
Les boulets du vin
septembre 20, 2017

Un article du Dauphiné a mis le feu aux poudres : une antenne TNT de 18 mètres devrait être plantée au sommet de la colline de l’Hermitage, ornée de vignes fameuses, d’ici à la fin de l’année. Des viticulteurs et des blogueurs s’insurgent… Véritable profanation ou simple anecdote ?

Faut-il pilonner la colline de l’Hermitage ?

Cette nouvelle antenne TNT, soit un pylône de 18 mètres de haut, vient en fait en rejoindre une première, concurrente, déjà implantée sur le site. Donc on plante un machin pour faire de l’ombre à un autre machin ? OK, certes, cela paraît assez superflu, surtout à cet endroit, espèce de musée à l’air libre de vignes fameuses.

La colline de l’Hermitage, vous pensez, d’où sont issus des vins que 99% des consommateurs ne goûteront jamais… Mais je dérive, ce n’est pas la question. Quoique, en ferait-on autant s’il s’agissait du Mont Ventoux ? Sans doute, espérons-le. Le blogueur Berthomeau, par exemple, est de tous les combats (chronique quotidienne oblige !).

Il n’empêche, je dois bien avouer que je me fiche royalement de ce pylône (sachant qu’il n’occasionnera a priori aucun arrachage ou pollution autre qu’esthétique – et encore, de loin, on ne verra qu’une mince ligne verticale sur l’horizon). Alors, oui, de près, c’est évidemment moche. Mais il vaut mieux le planter là, quitte à le planter, qu’au milieu d’habitations et de lieux de vie en général, non ?

 

La révolte des soutifs

Cela dit, il y a des ratés évidents autour de ce projet, et notamment sur sa communication : l’entreprise chargée du chantier (Itastim) ne répond pas aux questions qu’on lui adresse, ou de façon lapidaire ; les autorités donnent également l’impression de regretter leur décision initiale. C’est brouillon, amateur de ce point de vue, mais de là à vouloir jouer les vignes vierges effarouchées, pardon mais il y a un pylône que je ne grimperai pas.

Est-ce qu’il n’y a vraiment rien de plus important dans le vin, la vigne, l’agriculture, qu’on doive monter aux barricades pour un poteau planté chez les plus nantis des viticulteurs ? Allez, pour un mois de juillet, on va dire que ce n’est pas mal ! Et je veux bien convenir que c’est un projet déplacé (n’y a-t-il pas de colline un peu moins sensible à proximité ?). Mais n’en faites pas une tour Eiffel.

D’ailleurs, en termes de construction sauvage ou effrénée, on ira peut-être plutôt voir du côté de Banuyls et de sa révolte des soutifs. Egalement, toujours dans le registre des constructions inutiles, on lira cet article de Bastamag : Ces projets coûteux et polémiques qui bétonnent la France et l’Europe.

 

Antonin Iommi-Amunategui

Photo :  »Paris brûle-t-il » (Ma Culture Confiture)

©Vindicateur, 07/2012