Le premier salon des vins organisé par un blogueur

Brève apologie du buveur d’étiquettes
septembre 20, 2017
Un troquet nommé désir
septembre 20, 2017

Sur l’écran, Fabrice  »Vinsurvin » Le Glatin est blogueur. A la ville, il s’est fait la main en organisant les  »Tupperwine » : des dégustations animées par ses soins, et réunissant jusqu’à vingt personnes autour d’une jolie poignée de vins. Aujourd’hui, il franchit un cap et organise son premier salon :  »Vinsurvin fait salon ». En bref, 12 vignerons, des douzaines de vins à goûter et de nombreux amateurs attendus sur la péniche qui abritera le tout, ce week-end du 17 et 18 novembre, à Paris. Comptez 5 euros l’entrée – pas cher, peuchère, pour ce qui s’avère être le tout premier salon 100% organisé par un blogueur… Mais, au fait, ça change quoi ?

Pourquoi un blogueur fait-il un salon ?

Fabrice Le Glatin : Parce que les autres blogueurs écrivent tous des livres, il fallait bien que je me démarque.

 

C’est quoi la différence avec les autres salons ?

FLG : Le mien ne sentira pas que le cuir neuf, le chêne, la vanille et le soufre ; il y aura beaucoup de notes de fruits, de garrigues, d’eucalyptus et de minéralité.

 

C’est quoi les avantages ?

FLG : C’est qu’avec les vins bio, il y a respect de l’environnement et des consommateurs, dans un monde où la chimie règne en maîtresse.

 

Comment tu te démarques ?

FLG : Je serai présent sur les stands pour guider les visiteurs et répondre à toutes leurs questions (avec mon maillot de l’En Avant de Guingamp).

 

C’est quoi l’objectif ?

FLG : C’est de l’être, objectif, en essayant de faire comprendre à ce beau pays qu’est la France que le vin c’est excellent pour la santé, que c’est un instant de poésie qui nous rapproche les uns des autres, et que les vins de ces douze vignerons sont sincères, intègres et hors  »normes ».

 

En quoi ton salon est différent de celui des pros de la profession ?

FLG : C’est l’année prochaine que ça va changer : je loue Bercy (avec Arctic Monkeys en première partie) pour faire plus fort que Michel Bettane (un prof comme moi) au Louvre. Plus sérieusement, je n’ai pas la prétention de le trouver différent : des salons bio sur une péniche ? Déjà vu.

 

Alors, quoi, c’est le début d’une nouvelle ère pleine de pure players ?

FLG : C’est vrai qu’entre Brick and mortar et Bricks and clicks, il y a mon salon fait de bric et de broc. Le pure player, c’est un peu l’anti start-up, le mec de la working class de Manchester qu’a acheté sa guitare, heu, son ordi, en donnant des cours d’anglais le soir dans un garage. Mais, comme les Clash ou les Smiths, il a le rouge dans le sang et il restera fidèle à sa couleur whatever the cost !

 

  • Les (excellents) vignerons et domaines réunis par Fabrice ce week-end : Ludovic Chanson, Frédéréric Sigonneau, Dominique Bertram, Henri Milan, Château Bas, Nicolas Mariotti, Clos Romain, Turner-Pageot, Leconte des Floris, L’Escarpolette, Michel Arnaud, Domaine des Pothiers
  • Le flyer et toutes les infos pratiques sur le blog de Fabrice : Vinsurvin fait salon

Et s’il fallait encore un argument pour convaincre les derniers réticents : plusieurs des vignerons présents sont également des tronches de vin, et ça aussi c’est pas rien.

 

Propos recueillis par Antonin Iommi-Amunategui

Illustration : Rémy Bousquet

©Vindicateur, 11/2012