Le jour où les blogueurs ont pris le pouvoir

Miss Vicky et Mister Vinique sont dans un bateau…
septembre 18, 2017
Les Vindic d’or MMX
septembre 18, 2017

Il y a 150 millions de blogueurs dans le monde. Dont environ 15000 se consacrent au vin. Une minorité d’entre eux sont influents. C’est-à-dire qu’ils ont notamment la capacité d’influencer les consommateurs. De l’autre côté de l’écran,  »87% des lecteurs de blogs et forums ont une confiance marquée dans l’information qu’ils y trouvent » et  »Internet devance largement les guides d’achat ou la presse écrite comme source d’information privilégiée ». Oh, et l’avènement du blogueur ce sera le 17 décembre 2011, à midi : le jour où les blogueurs ont pris le pouvoir.

Qu’est-ce qu’un blogueur ?

 

Risquons une définition. Blogueur : quiconque publie régulièrement un contenu accessible gratuitement sur Internet, amateur ou professionnel pourvu qu’il soit indépendant – autrement dit que le contenu de ses billets ne soit pas commandité et orienté par un quelconque employeur. Il n’y a en effet pas de blogueur sans liberté éditoriale. Les contributeurs réguliers aux forums rentrent d’ailleurs dans le cadre de cette définition ; leur forum pouvant être considéré, de ce point de vue, comme un blog collectif.

 

Considérons maintenant ces 15 000 blogueurs du vin, parlant toutes les langues, publiant leurs billets à la vitesse de l’Internet, avec le plus puissant réseau de redistribution qui soit : Google. Ils constituent un bloc imposant, ramifié. Un banana split géant d’informations et d’opinions. Que voulez-vous donc que les petites fraises des bois lustrées de la presse ou des guides papier, opposent à cette masse infinie de chantilly ? Ils sont déjà engloutis.

 

 

Que faire contre les blogueurs ?

 

All resistance is futile. La blogosphère a la souris en main, c’est elle qui déplace le curseur. Omniprésents et hyper-accessibles, ils s’immiscent partout, entre les belles pages des revues glacées et leurs lecteurs, entre les guides épais et les amateurs de vin.

 

A force de poster et de gazouiller, ils ont tout déformé, jusqu’à modifier le code-source de la critique de vin… Ils ont tué le père paper ? C’est pas qu’ils ne l’aiment pas, le paternel, c’est qu’en matière de vin l’horizontalité est franchement plus efficace : le gourou, l’expert, le master du wine dans sa tour, qui distribue ses commentaires comme des perles de pluie, il n’intéresse plus grand-monde.

 

En fait – et c’est la raison essentielle de cette prise de pouvoir – le vin est un sujet terriblement bien adapté au blog. Avec les blogs, le vin a trouvé son support idéal, un format de transmission qui lui correspond à merveille : multidiffusion rapide d’opinions sur un mode horizontal. En version française : 1000 commentaires de dégustation sont publiés chaque heure par des gars et des filles qui me ressemblent.

 

Ultime problème du blogueur, d’où que son avènement est reporté à l’année prochaine : le bordel sans nom de cette profusion de contenus ! Mais ça ne peut qu’évoluer, s’organiser, se clarifier. Dans une année, tout aura changé.

 

D’ailleurs, voici la liste exhaustive des blogueurs qui vont bouleverser la donne et prendre le pouvoir… Oh, et puis non, vous les reconnaîtrez facilement sur la photo.

 

(Sources, chiffres : Sopexa, Baromètre Sowine/SSI 2010.)

 

 

Antonin Iommi-Amunategui

©Vindicateur, 12/2010