Grand écart facial obligatoire pour rendre justice au vin

Iris, la femme qui bloguait à l’oreille des sangliers
septembre 20, 2017
Deux grands blancs et 100 000 femmes
septembre 20, 2017

Vindicateur, à son tour, répond à Michel Bettane (qui répondait à Vindicateur, notamment, suite à sa critique du guide Bettane+Desseauve 2012). C’est l’œuf qui répond à la poule ? En quelque sorte, car nous sommes peut-être, génération oblige, fils et filles de Bettane ; et, naturellement, en révolte ? Mais le but ici est d’abord de clarifier un propos, de sorte qu’il ne semble plus si  »inconséquent » ou  »pernicieux ». Qu’il soit clair, simplement.

Eyes Wide Shut

 

D’abord, un point : Vindicateur est un ouvrage collectif, et j’en suis, Antonin Iommi-Amunategui, l’animateur éditorial. Il y a une nuance, précisée.

 

Concernant les propos de M. Bettane, dans sa réponse au billet  »On a (encore) noté les guides des vins », je lui concède ceci : ma critique du guide des vins B+D édition 2012 était un peu brève, rapide ; elle aurait pu être davantage développée. Mais c’est d’abord Internet qui appelle ces formats, plus courts, ramassés, et parfois brusques. Et c’est voulu, bien sûr. C’est le jeu.

 

Sur le fond, cependant, je persiste. Il est entendu que je ne juge pas les quelque 2400 domaines retenus dans le guide ; ce que je déplore, en revanche, c’est l’absence d’un pan entier de la viticulture française. Un grand guide, selon l’idée que je m’en fais depuis plusieurs années maintenant, est un guide susceptible d’appréhender – du même œil grand ouvert – toute la viticulture, dans sa diversité la plus énergique. J’ai donc déploré que ce ne soit pas suffisamment le cas ici. Et non, il ne s’agit pas seulement de quelques figures du vin  »naturel » ; mais de tout un courant (assez peu ou mal formalisé, du reste) qui, à de rares exceptions près, est oublié, dédaigné. C’est, pour reprendre un terme, taquin, une faute déontologique.

 

Car, en l’occurrence, les arguments avancés par M. Bettane ne me convainquent pas : les vignerons en question refuseraient le principe des dégustations comparatives, à l’aveugle, ou même de rencontrer vos collaborateurs ? De deux choses l’une : soit à partir de quelques refus vous établissez une généralité ; soit c’est vrai, systématiquement, et il serait peut-être temps de se demander pourquoi.

 

L’impression générale que j’ai d’ailleurs tirée de la lecture du B+D cette année, c’est une volonté de se  »classiciser par la masse » ; autrement dit de retenir un maximum de domaines, quitte à les expédier en un petit pavé, pour s’imposer comme le nouveau… Guide Hachette ? Ce serait un objectif raisonnable, en cette période où les guides des vins renoncent de plus en plus souvent à leur version  »papier » (dernier en date, le regretté Gault & Millau) ; une position qui n’aurait rien d’insupportable, non, certes. Mais ce n’est pas cela que certains, dont je suis, attendent d’un grand-guide-des-vins.

 

 

De Jean-Claude Van Damme à Luke Winewalker

 

En vérité, en effet, je prêche ici pour ma chapelle… qui n’est pas celle que vous croyez, mais bien celle de Vindicateur – un guide qui a l’ambition de couvrir l’ensemble de la viticulture française : du vin  »nature » jusqu’au 1er grand cru classé. Rien que ça !

 

Parce que le vin va bien de là à là, pas moins, et qu’il faut parvenir à réaliser ce grand écart JCVD-esque pour rendre compte du vin, en France, comme ailleurs, aujourd’hui. Oui, Michel, le grand écart facial est obligatoire pour rendre justice au vin !

 

Voilà ce que j’ai brièvement exprimé à travers le billet initial, et ici, encore. Que M. Bettane n’apprécie guère que son bébé soit critiqué, et qu’il contre-attaque, lâche quelques soufflets, c’est de bonne guerre. C’est le jeu.

 

Mais n’oublie pas, Michel, je suis ton fils (pas de familiarité déplacée ici, une référence). Tu m’as conçu en 2007 en même temps que ton guide. En 2008, je t’écoutais encore sans trop moufeter. En 2009, je me suis mis à te répondre. En 2010, premières fugues. En 2011, on ne se voit plus guère qu’à Noël… Alors, ciao papa, et sans rancune ? Il y a maman Olif qui m’attend pour le dîner. That’s only wine, folks.

 

 

Antonin Iommi-Amunategui

JCVD vu sur : Toutlecine.com

©Vindicateur, 09/2011