Deux grands blancs et 100 000 femmes

Grand écart facial obligatoire pour rendre justice au vin
septembre 20, 2017
Olivier Cousin :  »L’INAO est au service des vins rentables et polluants »
septembre 20, 2017

Deux grands vins blancs qui aimaient les femmes… D’abord un vin fait par un homme pour sa femme. Et quand elle l’aime moins, une année, un millésime, le vigneron est tout chose. D’ailleurs c’est un vin extrême ; extrême dans le sens où il convainc toutes sortes de dégustateurs, aux goûts a priori opposés, irréconciliables. Un vin qui aime les femmes, et les hommes aussi ; un vin bisexuel ? Un vin universel, banane. C’est  »Le Grand Blanc », selon Henri Milan. Et à ses côtés, un vin fait par une jeune femme… pour un homme ?  »Terre Blanche », le chardonnay fatal selon Noëlla Morantin.

Le vin est la cyprine de la terre

 

 »Qu’est-ce que c’est bon… Qu’est-ce ça me fait du bien », dit la femme qui le goûte. Ce vin, c’est la drogue de l’amour consenti. Lubrifiant sentimental ou cyprine de la terre. Les mots ont un sens ; les sous-entendus aussi. Mais le vin ici n’est pas lourd et gras comme un draguouilleur malhabile, il est aérien – et dense à la fois. Un fog parfumé à boire. Délicieux, jamais lisse. Pour la technique, on ira se faire voir chez le vigneron ; ici, on reste dans le pur panard, le plaisir qu’aucune considération œnologique ne viendra alourdir.  »Le Grand Blanc » 2008 d’Henri Milan, tout de même, rappelons que c’est un Vin de Table… Plutôt un vin à faire l’amour sur la table en sifflant trois fois.

 

 

A toutes ces femmes qui marchent vite dans leurs longues jambes…

 

Autre vin, autre femme. D’entrée de jeu, on avise un vin nu – sa robe est inexistante, à peine si un pipi de chaton vient la teinter… On en concevrait presque une méfiance, c’est trop pâle ! Mais la première gorgée envoie balader nos vilains préjugés. C’est  »Trop belle pour toi » version vin. C’est un nu, mais à la manière de Charlize Theron in  »Dior, j’adore ». Quelle bouche pleine et aérienne (on y revient), ronde sans bourrelets, parfumée sans tapage. Un chardonnay ligérien, farouchement facile, fatal. Voici  »Terre Blanche » 2009 de Noëlla Morantin. En zéro-appellation Vin de France, un vrai beau vin de femme de France… Il faut lui courir après.

 

 

Chronique conçue dans le cadre des Vendredis du Vin n°39 :  »Le vin qui aimait les femmes » ; une session présidée par Jacques Berthomeau, alias le conquistador des cœurs.

 

 

Antonin Iommi-Amunategui

©Vindicateur, 09/2011