De l’influence des guides des vins

La Belle et la Bête
septembre 18, 2017
Le balai dans le cul de la bouteille (et comment l’ôter d’un bon coup… de marketing)
septembre 18, 2017

Les guides des vins sont souvent conçus par des équipes de professionnels qui goûtent des dizaines de milliers de vins chaque année. N’importe quel être humain qui en goûterait autant pourrait se prévaloir d’une certaine compétence en la matière – alors des professionnels, avec le background qui va bien, des diplômes, des formations, imaginez un peu ! C’est sûr, ils parlent vin couramment. Faut-il donc se laisser influencer aveuglément par les guides des vins ?

Pas sûr. Le vin est multiple et il évolue, sans parler des différences d’une bouteille à l’autre sur un même vin ; de plus, sa dégustation et son évaluation font appel aux sens, qui eux-mêmes sont faillibles et évoluent… De sorte que la critique de vin est une discipline complexe, pour laquelle il est impossible de revendiquer une objectivité scientifique ; on parlera plutôt de subjectivité éduquée et attentive… Lorsqu’on consulte un guide des vins, ce sont donc bien des avis qu’on passe en revue – des opinions. Et pourquoi exprime-t-on une opinion ? Pour influencer.

Pourquoi voudrait-on être influencé ?

On peut vouloir être influencé. Il y a des influences bénéfiques, enrichissantes, bien sûr. Ainsi, un ami nous donne-t-il un conseil, mûrement réfléchi et sur un sujet qu’il maîtrise, qu’on accepte avec plaisir cette influence. Et on aura très probablement raison de se laisser influencer, d’assimiler presque passivement l’opinion de cet ami. Il en va de même avec les guides des vins. Cependant, on ne sera pas ami avec tous les guides – qui n’ont pas tous la même opinion des vins et publient, les concernant, des notes différentes : il faut en l’occurrence savoir reconnaître quel guide est notre ami… Pardon ?

Comment savoir si ce guide me convient ?

Un guide des vins sera votre ami s’il donne régulièrement aux vins des notes qu’en définitive vous auriez vous-même, à peu près, données. En d’autres termes, si le guide vous dit à travers une note :  »Vas-y les yeux fermés, ce vin est excellent » ; que vous achetez le vin en question, le goûtez avec un minimum d’attention et suivant des règles correctes de service, et que vous le trouvez excellent (ou à peu près excellent) à votre tour – alors le guide est bien votre ami. Mais d’autres guides ne seront pas vos amis ; vous ne serez alors que modérément ou rarement d’accord avec leurs opinions et ils vous seront en définitive d’une aide médiocre.

Il faut donc fréquenter plusieurs guides des vins ?

Oui, allons vite sur Guiguitic, le site de rencontre des guides des vins, et choisissons celui qui sera le plus susceptible de devenir notre ami… Hélas, ce n’est pas aussi simple : pour connaître votre meilleur ami parmi les guides des vins, vous devrez en acheter plusieurs, les comparer, vérifier leurs opinions (notes) respectives, les mettre à l’épreuve, jusqu’à vous forger un avis sur chacun – et vous faire, enfin, un bon ami : celui dont les opinions correspondront in fine le mieux aux vôtres… Et, bien sûr, vous n’avez que ça à faire ?!

Le méta-guide est votre ami

En réalité, la solution la plus simple est de faire la rencontre d’un méta-guide critique, lequel aura mathématiquement plus de chances d’être, d’emblée, votre ami – c’est-à-dire de vous livrer des opinions avec lesquelles vous vous accorderez suffisamment.

Qu’est-ce que c’est que ça, un  »méta-guide critique » ? C’est un guide qui a, en amont, critiqué différents guides en pondérant leurs opinions respectives ; un guide qui a produit par ailleurs ses propres opinions, y compris si possible à partir d’avis d’amateurs, et qui a, enfin, synthétisé le tout. A noter que vous êtes en ce moment sur un méta-guide de ce genre, et à notre connaissance le seul disponible… Le Vindicateur ! (Une seconde d’autopromotion pour laquelle on aura, s’il vous plaît, une seconde d’indulgence !)

© Vindicateur, 03/2010