Présidentielle 2012 : William Fèvre votera FN

Etes-vous un mouton du vin ?
septembre 20, 2017
Wikio, le roi de la pomme de terre
septembre 20, 2017

Le vénérable William Fèvre (vénérable par les années, en tout cas), fondateur du prestigieux domaine éponyme à Chablis, a accueilli Marine Le Pen au domaine ce samedi, et lui a officiellement apporté son soutien de Français  »de souche pluri-séculaire » pour la présidentielle. Espèce de Jean-Marie du Chablis, le vieux William y a même été de ses petites phrases provoc, comparant le  »leadership » de Sarkozy à un  »führer-ship », ou déterrant ce bon vieux Pinochet chez qui il a préféré faire du vin lorsque la gauche est passée en 1981… N’en jetez plus, la coupe de chablis est pleine !

Vin et politique, l’assemblage qui pique ?

 

 »William Fèvre », grosse boîte de Chablis, 47 hectares selon la police, 48 selon les manifestants, valeur sûre, référencée partout, notée dans tous les guides, présente jusque dans les rayons de la grande distribution…

 

Et voilà que le fondateur lui-même, William Fèvre, du haut de ses 81 ou 82 ans, lâche tout ce qu’il a dans le ventre, fêlant sans doute le joli tableau : oui, il est bien décomplexé du terroir et soutient le FN à fond les ballons (de chablis). Il a d’ailleurs un peu  »paniqué », craint tout perdre en 1981, à l’arrivée de la gauche au pouvoir, et s’est carrément délocalisé au Chili, sous un Pinochet tellement plus sympathique… Voilà des positions on ne peut plus claires.

 

 

Boire ou penser, il (ne) faut (pas) choisir

 

Du coup, quoi ? Qu’avons-nous là ? Un vieux bonhomme aux idées nauséabondes, dont les vins sont censément bons… Que faire, devant un tel dilemme ? Eh, non, attendez, c’est vite expédié ! L’idée dans le vin est centrale, et nous en avons ici l’illustration parfaite. Il y a tant de bons vins sur Terre que, quitte à en boire, autant choisir ceux conçus par des personnes dignes d’estime (ou dont on ignore les idées, à tout le moins).

 

Dès lors qu’on apprend qu’un vieux réac nationaliste et plus si affinités, a fondé et donné son nom à un domaine comme William Fèvre, il n’y a qu’une attitude à avoir : stop le glou.

 

Il y a certes une nuance à apporter ici, car le domaine a été racheté en 1998 par les Champagne Henriot… Cela dit, ils ont conservé le nom du domaine, son aura, et c’est bien dans les chais actuels de  »William Fèvre » que le fondateur a reçu, ce samedi 26 novembre 2011, sa chère Marine Le Pen (vidéo) et tenu des propos à faire tourner le vin dans le fût. L’ombre et les idées du père William demeurent bien trop présentes.

 

A titre personnel, je ne goûtais pas souvent de William Fèvre, ou par hasard, mais j’irai maintenant systématiquement voir ailleurs concernant Chablis, qui a bien d’autres valeurs… Je vous invite à en faire de même, parce qu’au-delà de Marine Le Pen, le cas Pinochet (à qui il donne du  »Monsieur Pinochet ») est indéfendable. Stop le glou. William Saurin plutôt que William Fèvre. Boycottez William Fèvre.

 

Radical ? Ça l’est bien moins que ses idées… Et Henriot n’avait qu’à y songer avant d’en faire son ambassadeur de luxe, président d’honneur ou que sais-je encore.

 

 

Comment ce facho show a-t-il pu avoir lieu ?

 

Il semblerait en définitive que William Fèvre, l’homme, soit toujours propriétaire des chais de la marque  »William Fèvre », et que le groupe Henriot n’ait donc pas pu empêcher cette mise en scène, mais ne la  »cautionne pas ». Néanmoins, William Fèvre, l’homme, a indiscutablement engagé les vins  »William Fèvre » dans sa démarche en tant que propriétaire des chais. Et, du reste, c’est bien son nom qui apparaît sur toutes les bouteilles. Ce qui n’est plus exactement anecdotique à présent. (MAJ du 29/11/2011 ; source : Twitter.) 

 

Pour information, le communiqué officiel de la maison Henriot :  »Samedi 26 novembre, Monsieur William Fèvre a invité personnellement chez lui, à Chablis, Madame Marine Le Pen. La société William Fèvre, que Monsieur Fèvre a cédée en totalité au groupe familial La Vigie depuis plus de 10 ans, ne s’est en rien associée à cette démarche strictement personnelle de Monsieur Fèvre. Nous souhaitons vivement qu’aucun amalgame d’aucune sorte ne soit fait entre notre société et la personne de Monsieur Fèvre, qui nous loue certains locaux techniques inclus dans ses immeubles de Chablis. Notre Maison a pour unique mission de produire des grands vins de Chablis. Les opinions politiques personnelles de Monsieur Fèvre ne la concernent en rien. » (MAJ du 30/11/2011 ; source : Bon Vivant.)

 

Dont acte. Mais, pour prendre ses distances avec ce monsieur, il y a un moyen qui semble plus impactant : ne pas laisser le nom d’un nostalgique de régimes comme celui de Pinochet être imprimé sur des dizaines de milliers de bouteilles chaque année.

 

France 3 Bourgogne réagit à la  »polémique’ dans son JT du 19-20 (MAJ du 1/12/2011.)

 

 

Antonin Iommi-Amunategui

Sources : Lyonne.fr, Le Monde

©Vindicateur, 11/2011