Pauline Vauthier, Miss Ausone

Opération cul nu dans le Mâconnais
septembre 18, 2017
Haro sur une Côte Rôtie
septembre 18, 2017

Pauline Vauthier, 25 ans, fille et principale collaboratrice d’Alain Vauthier, propriétaire de Château Ausone, a répondu à nos questions au terme d’une dégustation aux Caves Legrand, à Paris. Un entretien bref et concentré.

Rappelons que Château Ausone est, avec Cheval Blanc, l’un des deux seuls Premiers Grands Crus Classés ‘A’ de Saint-Emilion ; il est considéré par beaucoup de commentateurs comme étant le meilleur, le fleuron de cette grande appellation de la rive droite du Bordelais. Ausone produit peu (3 à 4000 caisses par millésime) et atteint des prix très élevés (le 2005 ne se trouve pas à moins de 2000 € la bouteille). Tout est d’ailleurs vendu à l’avance, par allocations, dès les primeurs. Un vin rare et précieux ; Pauline Vauthier se montrant quant à elle simple et accessible.

 

 

Vindicateur : Pouvez-vous nous rappeler votre parcours ?

 

Pauline Vauthier : J’ai un BTS en viticulture œnologie et je travaille sur Ausone depuis le millésime 2005.

 

 

: Votre millésime préféré d’Ausone à ce jour, à vous-même et à votre père ?

 

PV : Pour moi, Ausone 1959, que j’ai goûté en Corée… Mon père, lui, place le 1982 en tête. A noter que le plus vieux millésime encore disponible au Château est 1849. En revanche, le 1947 qui a été servi lors de cette dégustation [aux Caves Legrand, NdlR] ne l’est plus.

 

 

V : Comment décririez-vous vos rapports professionnels avec votre père, Alain Vauthier ?

 

PV : Au-delà de nos goûts respectifs, qui diffèrent parfois, mon père et moi nous entendons bien et sommes d’accord sur à peu près tous les sujets. En deux mots, nous refusons de nous reposer sur nos lauriers et essayons de faire en sorte d’avancer, un peu, à chaque nouveau millésime.

 

 

: Où vous situez-vous par rapport à la Biodynamie ?

 

PV : Nous avons fait des essais en Biodynamie sur deux millésimes, avec une parcelle témoin, de manière à pouvoir comparer les raisins élevés en Biodynamie par rapport aux autres. Je n’ai pas vu de différence notable ; mais nous manquons peut-être de recul.

 

En tout cas, c’est assez contraignant. Par exemple, le fait de devoir pratiquer certains traitements à des horaires précis, comme minuit ou quatre heures du matin… Les premières fois c’est amusant, ensuite nettement moins.

 

Cela dit, j’ai pu constater que certaines préparations biodynamiques étaient tout à fait efficaces, la tisane d’osier contre le mildiou par exemple. A noter que nous avons rencontré Nicolas Joly, de la Coulée de Serrant, qui nous a livré quelques conseils.

 

 

: Et l’agriculture biologique ?

 

PV : On ne le sait pas forcément, mais nous travaillons beaucoup en bio sur Ausone : 2009 aura ainsi connu 12 traitements à la vigne, dont 11 en bio… C’est une direction que nous empruntons sans hésiter. Je pense même que les autres traitements – le chimique pur et dur – seront un jour ou l’autre interdits. D’ailleurs, hormis quelques entêtés, tous les Premiers [premiers grands crus classés du Bordelais, NdlR] ont aujourd’hui une démarche bio plus ou moins impliquée. L’avenir est au bio.

 

 

: Vous nous avez appris l’existence d’un club des Premiers grands crus, où va votre préférence concernant les Premiers de la rive gauche ?

 

PV : Je dirais Latour. C’est vraiment quelque chose.

 

 

: Et Ausone 2009, meilleur que le 2005 ?

 

PV : Non, je dirais que 2005 reste supérieur, plus puissant… Mais 2009 sera très beau.

 

 

Propos recueillis par Antonin Iommi-Amunategui

© Vindicateur, 02/2010