Foires et contre-foires aux vins

Le balai dans le cul de la bouteille (et comment l’ôter d’un bon coup… de marketing)
septembre 20, 2017
Accords hommes et vins
septembre 20, 2017

Entre les nouveaux guides et les FAV qui pullulent dans la grande distribution, la rentrée du vin est chargée. Alors on fait un pas de côté, on se décale un peu pour présenter une micro-foire alternative, à l’initiative d’un caviste parisien qui vend également sur Internet :  »A la recherche des cuvées disparues », du 1er au 30 septembre 2010, par La Contre-Etiquette.

Tu l’as vue, ma cuvée disparue ?

 

Christophe Guitard et son équipe ont sélectionné 180 cuvées pas communes ni cul-cul, qu’ils ont classées par thèmes :  »cuvées disparues »,  »vins à maturité », vins  »bio et naturels », ou encore  »magnums ». Avec parfois plusieurs entrées à la fois, mais on ne se mélange pas.

 

Pour les  »magnums », on notera le Sylvaner  »Z » 2008 du Domaine Paul Kubler (40€) bluffant et issu du grand cru Zinnkoepflé (d’où le Z), le Mercurey  »La Brigadière » 2007 du Domaine Les Champs de l’Abbaye (37€) plein de fruit qui nous sonne bien les cloches, ou encore le Saint-Nicolas-de-Bourgueil  »Kezako » 2009 de Sébastien David (21€) et son nez de chewing-gum fou (mais c’est tout sauf du Coca, attention, c’est très bon).

 

En  »cuvées disparues » (plutôt rares en tout cas) on démarrera avec les vins d’Henri Milan, comme ses Clos 2004, 2003, 2002 et 1999 (de 23 à 50€ pour le 2003 en magnum) ou ses  »Domaine » 2006 (délicieux aujourd’hui, 13.5€) et 1997 (d’une grande finesse : seulement 18 bouteilles, 27€). Sans oublier son Grand Blanc 2002 (28€). Du très beau de Provence… Ensuite, un Saumur-Champigny  »La Marginale » 2003 du Domaine des Roches Neuves (54€ en magnum) ou le Saumur rouge  »Les Arboises » 2005 de Romain Guiberteau (31€) au fruit net et charnu dans la dentelle.

 

En  »bio et naturels », le Bordeaux  »Renaissance » 2008 du Château Barrail des Graves est une boom de fruit (du Sophie Marceau à la framboise) à seulement 5€… Sautez sur Sophie. En plus, ils offrent la 6ème bouteille.

 

Parmi les  »vins à maturité », on retiendra entre autres belles choses le Muscadet Sèvres et Maine  »Fiefs du Breil » 1996 du Domaine Landron (24 €), surprenant de bout en bout, presque exotique, joli comme une Vahiné (c’est gonflé). Quant au Pommard 2000 de Didier Montchovet, avec sa longueur qu’on peut emmener en vacances, c’est une affaire (20€, en Biodynamie certifiée).

 

On finira sur un  »vin de garde », toujours par Didier Montchovet, le Beaune 1er Cru  »Aux Coucherias » 2005 (25€) encore tout éclatant de fruit, jeune et joli loup, très prometteur mais déjà très miam.

 

Tous ces vins et bien d’autres seront disponibles en ligne, ou directement à la cave du 1er au 30 septembre 2010 : La Contre-Etiquette – 31 rue Sainte-Marthe, Paris 10ème (du mardi au samedi de 11h à 20h).

 

Est-il encore besoin du coup, d’aller faire la queue dans les hypermarchés du coin, pour être un bel enfoiré ?

 

 

Crédit photo : Vin Sur Vin

© Vindicateur, 08/2010